Celle qui voulait essayer d’accoucher sans péridurale…

Oh la la, ça fait super longtemps que je ne vous ai pas donné de nouvelles… C’est qu’ici tout va bien et  comme disait La Reine, une grossesse qui se passe bien est d’un ennui …

Alors pour contre carrer cet ennui je réfléchis accouchement et je viens vous faire part de ma dernière lubie. Vouloir tenter d’accoucher sans péridurale! Notez bien le « tenter », ça a son importance.

Non Miliette, ce n’est pas ton merveilleux récit d’accouchement qui m’a donné cette idée, désolée !

Alors pour mémoire, je suis médecin et la péridurale ça ne me fait absolument pas peur et ce n’est donc pas pour ça que je veux essayer de m’en passer. D’autant plus que tous les accouchements que j’ai vus pendant mes études étaient sous péridurale et les femmes avaient l’air de vénérer l’anesthésiste qui la posait. Voyant l’effet magique sur la douleur, je m’étais toujours dit que j’accoucherais sous péridurale. Pourquoi souffrir alors qu’on peut être soulagée ? Voilà mon état d’esprit en début de grossesse…

Mais depuis j’ai discuté avec ma sage-femme de préparation à l’accouchement qui est plus « Nature et Découverte » que médicalisation (elle fait des accouchements à domicile…). Elle ne m’a pas du tout critiquée quand j’ai dit que je voulais la péridurale mais m’a aussi parlé des bienfaits d’accoucher sans péridurale (histoire de m’ouvrir l’esprit à d’autres modes d’accouchement).

J’en ai ensuite parlé à ma soeur sage-femme qui m’a conseillé des lectures pour approfondir le sujet. Des livres qui n’étaient pas écrits par des allumées, adeptes du retour à la nature à tout prix (ça m’aurait braqué) mais des ouvrages écrits par des médecins et sages femmes qui parlent de l’intérêt d’accoucher sans peri tout en disant bien que parfois c’est nécessaire, et qu’il ne faut pas hésiter à l’utiliser dans certains cas.

Pour celles que ça intéresse, voilà les arguments que j’ai retenus en faveur d’un accouchement sans péri :

– on respecte la physiologie des contractions et de la sécrétion des hormones (essentiellement ocytocine qui favorise les contractions et adrenaline en au moment de la poussée).

– Amélioration de l’établissement du lien mère enfant du fait des mêmes hormones.

– Une meilleure récupération pour la mère juste après l’accouchement et un bébé plus tonique.

– Moins de difficultés pour l’allaitement

– moins de recours aux instruments (forceps, ventouse)

-Moins de souffrance fœtale car le rythme d’accouchement est adapté au bébé et à la maman et non pas activé par des perfusions….

Pour être objective les arguments contre :

– ça fait mal

– ça fait très mal

– ça fait très très mal

Après ces lectures je commençais réellement à réfléchir sérieusement à cette éventualité et puis j’ai revu ma gynéco qui m’a demandé si j’étais intéressée par la « salle Nature » du CHU. Dans mon CHU, maternité Niveau 3, ils ont créé une salle d’accouchement physiologique : pour les accouchements normaux des femmes qui veulent accoucher avec le minimum de médicalisation mais en toute sécurité. Ça me paraissait très bien, car il est hors de question de sacrifier la sécurité de ma Petite Cadeaute et ma propre sécurité au prix d’un accouchement naturel. Je ne suis pas cinglée!!!

Du coup hier j’ai rencontré la sage-femme du CHU responsable de cette salle. Car il faut passer un casting pour avoir droit d’accéder au sanctuaire.

index2 index

La salle contient une baignoire, un divan, des lianes suspendues, une table d’accouchement multi-position, de quoi écouter sa musique, des lumières tamisée et bien entendu tout le matériel médical nécessaire (le monitoring est en wifi et waterproof pour la baignoire!!!)

L’entretien d’hier  avait pour but de discuter de notre projet de naissance, de vérifier l’absence de contre-indication médicale (ce qui peut encore survenir d’ici la fin de grossesse), d’expliquer les choses non négociables (nécessité d’avoir un cathéter, interdiction d’accoucher dans la baignoire ou debout, transfert en chambre médicalisée si l’équipe le juge nécessaire…). Que des choses qui m’ont paru très sensées.

Pour ma part, j’ai pu vérifier que si je craquais et que je finissais par vouloir la péridurale, je pourrai retourner sans problème dans un accouchement plus médicalisé.

A la fin de l’entretien, j’ai donc signé…

Maintenant il va falloir que je termine ma préparation à l’accouchement pour être prête pour le jour J!!!!

Ça fait un peu flipper quand même mais je pense que c’est un beau challenge pour terminer cette grossesse avec conception médicalisée, me réconcilier avec mon corps en me disant que je suis capable d’accoucher normalement…

Ceci dit je ne me fais pas de film sur un accouchement idéal, car je sais trop bien combien les facteurs perturbants peuvent être nombreux et que ma priorité restera toujours la sécurité du bébé. L’écho de T3 est prévue dans une semaine et si c’est un siège, je sais que d’emblée, mon accouchement sera médicalisé…

La suite de cette histoire dans 8 semaines ….

J’essaierai quand même de vous donner des nouvelles avant!

Bises à toutes, celles qui vont bientôt pondre, celles qui prennent petit à petit confiance en s’asseyant dans le train, celles qui sont en protocole et qui attendent le verdict, celles et ceux qui ont malheureusement encore eu des échecs, celles qui sont en pause.

Un peu de biblio pour celles que ça intéresse :

« J’accouche bientôt : Que faire de la douleur? »  Maïtie Trélaün

« Bien être et maternité » Dr De Gasquet