Grossesse de Gertrude versus Grossesse PMEsque

En mettant de côté le contexte particulier de cette grossesse qui bien entendu retentit sur mon humeur et mon ressenti… Je vis cette deuxième grossesse de manière assez différente et je me pose des nouvelles questions.

Est-ce dû à la différence de « conception » ? Est-ce le lot de toute maman enceinte du numéro deux?

tumblr_static_eew5wump07k8gkgsskgk8oc8c_2048_v2

Pour cadeaute, nous l’avons espérée et attendue pendant près de 3 ans; dont 2 ans et demi de désespoir, tristesse, inquiétude à chaque cycle et 3 fausses couches qui ont nettement retenti sur notre inquiétude des premières semaines de grossesse. Elle a donc été plus que désirée et chérie comme il se doit à son arrivée. Pour le Cariboutchou (surnom de mon petit 2), nous n’avons même pas eu besoin d’attendre, même pas un stress de DPO car je n’avais pas trop réfléchi à la date d’ovulation. Une grossesse en C1 avec un taux magnifique dès le retard de règles.

Alors mon esprit malade et moi se sont demandés si je l’aimerais autant. Alors pas de malentendu hein !! Cet enfant est désiré depuis longtemps… depuis qu’on se connait avec Puminou, on souhaite et on désire 3 enfants. La question est plutôt est ce que l’intensité de l’amour est corrélée avec la durée de l’attente. Cette crainte s’est très vite dissipée quand j’ai vu son petit corps tout formé de bébé se dessiner sur l’écran de l’échographie. L’élan d’amour que j’ai ressenti immédiatement pour ce petit être qui s’agitait a effacé toute incertitude. Je l’aime et je l’aimerai aussi fort !!!

Concernant les angoisses, le fait d’avoir déjà mené une grossesse à terme me rend nettement moins stressée. Bien-sûr je sais que rien n’est joué et que toute grossesse peut se compliquer mais je fais nettement plus confiance à mon corps pour mener cette grossesse à terme. L’angoisse de la fausse couche a été largement moins importante que pour ma première grossesse. J’ai nettement moins psychoté sur mes symptômes (taille des boobs ou nausées).

En revanche je trouve que je suis moins patiente vis à vis de ces mêmes symptômes. Je tolère nettement moins les nausées et je trouve qu’elles durent plus longtemps que pour Cadeaute alors que ce n’est probablement pas le cas. Le fait de ne pas pouvoir profiter pleinement de ma cadeaute jour certainement un rôle sur ce ressenti.

Puminou aussi s’est investi beaucoup plus vite dans cette grossesse et a parlé et touché rapidement le Cariboutchou alors qu’il avait beaucoup de réserve au début de la grossesse de Cadeaute.

Concernant les annonces, le contexte a fait que nous avons annoncé cette grossesse avant les 12 SA réglementaires et l’écho de T1 probablement pour adoucir l’annonce de la maladie de ma maman. Ceci dit je n’étais pas spécialement inquiète de l’annoncer en avance. Les gens sont contents pour nous mais me semblent pour la plupart surpris que je sois déjà de nouveau enceinte. la plupart connaissaient nos difficultés d’infertile et on a eu le droit à « ça arrive souvent, le deuxième arrive tout de suite parce que vous êtes moins stressés… »  C’est possible bien entendu mais je pense surtout que le corps garde en mémoire la grossesse et a plus de facilité à relancer la machine.

En parlant d’annonce il faut que je vous raconte une anecdote :

On était chez des amis de Puminou : 2 couples qu’on connait bien et qui connaissaient nos difficultés antérieures (on a toujours été très transparents sur la question) et 1 couple qu’on n’avait pas vu depuis longtemps et donc ne savaient rien. Puminou annonce que je suis enceinte et tout fier ajoute « et ça a marché du premier coup !! » Silence gêné autour de la table puis gros éclats de rire. Et moi de ramer pour dire : « c’est sûr que dit comme ça c’est bizarre »… et de raconter la PMA pour la première grossesse et cette grossesse obtenue rapidement.

En revanche, je suis toujours aussi protectrice vis à vis de ce début de vie : je continue à surveiller mon alimentation, à flipper à chaque prise de sang de toxoplasmose. Mais je porte quand même des choses plus lourdes telles que ma fille de 10kg500… et je lui fais des bisous même quand elle est malade … ça je peux pas m’en empêcher.

Par ailleurs, j’ai choisi un suivi par des sages femmes et un accouchement en maternité de niveau 1 en plateau technique avec ma sage femme car j’ai confiance en ma capacité d’accoucher et je ne ressens plus le besoin d’être absolument en CHU de niveau 3 pour me sentir en sécurité.

Donc voilà, cette grossesse se déroule de manière plus zen mais avec autant d’amour pour ce petit garçon qui grandit en moi (et oui, c’est un petit garçon à 98% de probabilité …)

 

Publicités

Juste au moment…

Juste au moment où notre vie de famille était si douce…

juste au moment où on pensait que DNLP et ses sales coups nous avaient oubliés…

Juste au moment où le spectre de l’infertilité s’éloignait avec ce petit miracle conçu à l’ancienne en C1…

Juste au moment où on se disait que belle maman avait de grandes chances de guérir de ce maudit cancer qui la frappe depuis cet été…

Juste à ce moment là….

La roue tourne une fois de plus dans le mauvais sens…

Ma maman est malade.

Malade du genre de maladie dont on ne guérit que très très rarement.

Les examens sont encore en cours mais ne laissent guère d’illusion sur le pronostic.

Sera t’elle seulement là pour la naissance de notre petit? J’en doute…

Elle qui est une grand mère formidable, qui est une maman formidable qui m’a toujours si bien soutenue… Quand je n’arrivais pas à devenir mère puis quand je le suis devenue.

Cadeaute n’aura comme souvenir d’elle que ceux que nous lui raconterons.
Nous allons maintenant profiter de chaque instant. Espérer le meilleur ou le moins pire.

Continuer de vivre tout simplement car il n’y a rien d’autre à faire.
Aimer et tansmettre l’amour reçu. L’amour d’une mère.