Fais dodo… s’il te plait, Fais dodo… Bordal !

Ça fait un moment que ce blog ne parle plus trop de PMA donc je me permets de parler de mes problèmes de maman en manque de sommeil… J’ai besoin de me plaindre et pis c’est tout!

Pour dresser le contexte, il faut vous avouer que Cadeaute est un génie du sommeil (du genre qui énerve les autres jeunes parents). Elle a fait des nuits de 6 heures au retour de la maternité et n’a jamais eu de retour en arrière. Bien sûr, elle se levait un peu tôt vers 6h puis petit à petit, elle s’est levée entre 6h30 et 7h.  Il y a eu des étapes un peu compliquées d’angoisses de séparation avec des couchers un peu plus long mais qui duraient maxi une semaine. Des réveils nocturnes en cas de maladie et quand elle perdait sa sucette mais sans aucun problème pour se rendormir ensuite. Le bébé idéal pour les parents gros dormeurs comme nous.

Pour Cariboutchou, on espérait très fort le même modèle. Et on y a cru. C’est un pépère tranquille la journée qui pleure peu. Rapidement, il n’a fait qu’un seul réveil par nuit et à 2 mois il faisait ses nuits complètes comme sa soeur…Donc un peu moins génial mais bon c’est un garçon… ;-p.  Nous étions donc très contents et sereins pour l’avenir.

Il y a 1 mois, pour ses 4 mois, il a eu un gros rhume avec toux et nez bouché et comme tout mec qui se respecte : « il était au plus mal ». Beaucoup de réveils, grognon. Ça a duré une bonne semaine puis ça s’est calmé avec à nouveau un seul réveil pour une tétée vers 4h30… c’était moins bien mais ça restait tolérable et je me disais que ça allait passer aussi. Mais non !!! C’est de pire en pire, maintenant on a systématiquement un réveil à 2 ou 3h puis un réveil vers 4-5h. Il n’a pas forcément faim car si je propose le sein souvent il tétouille et se rendort vite. Par contre il a systématiquement besoin d’un câlin (plutôt de maman dans l’idéal) et surtout il a beaucoup de mal à retrouver un sommeil profond quand on le repose dans son lit et se remet à pleurer 10-15 min après. Il réveille fréquemment sa sœur ce qui nous complique légèrement la tâche même si elle reste cool et se rendort souvent avec un verre de lait si c’est avant 5h30… sinon la nuit est finie pour tout le monde…

J’ai essayé de dormir avec lui dans la chambre d’amis en cododo, ça a marché la première fois mais cette nuit dès que je m’éloignais un peu dans le lit pour pouvoir dormir plus tranquillement, il se réveillait. Le paradoxe est qu’il s’endort seul facilement le soir et en journée.

Alors j’avais pas mal de patience jusqu’à maintenant, (plus que son père qui s’est déjà énervé pas mal…) mais cette nuit c’était juste plus possible et j’ai craqué en éclatant en sanglot et en lui parlant un peu sèchement à mon pauvre loulou qui me regardait avec ses grands yeux souriants. Je suis crevée, j’ai besoin de dormir. Je bosse et je cours toute la journée..; je ne peux pas sacrifier mon sommeil.

J’en viens à me demander si mes longues absences en journée y sont pour quelque chose. Est ce qu’ il ressent le manque de sa maman en journée ?

J’ai peur de manquer de patience et de m’énerver sur lui qui est bien trop petit pour comprendre ou sur sa soeur qui n’a rien fait … Ce matin elle avait l’air tellement désemparée de me voir pleurer de fatigue ma Cadeaute que je m’en suis voulue d’avoir craqué devant elle.

Je sais que parmi mes lectrices, il y en a qui ont vécu bien pire sur le plan du sommeil de leurs bambins et qui doivent se dire que je me plains pour pas grand chose, après juste un mois de galère… Mais pour moi c’est vraiment très dur et je ne pourrai pas tenir encore longtemps à ce rythme.

Je vais tenter le coucher sur le côté, l’emmaillotage, le changement de chambre loin de sa soeur pour être moins stressé des réveils… on verra si l’une de ces techniques marche.

Sinon je l’aime toujours quand même mon rebelle du dodo mais j’aimerais qu’il soit aussi charmant la nuit que le jour.

 

hyp-5

Même le chat en a marre d’être réveillé la nuit…

 

Publicités

Maman travaille

Eh oui, chez nous maman travaille (papa aussi d’ailleurs…) et elle travaille même beaucoup : pas du tout 35 heures, plutôt 45-50 heures. Et en ajoutant les temps de transport, les enfants sont gardés 55 heures par semaine. Ils passent 9 heures en crèche et ensuite une nounou va les récupérer et les garde à la maison jusqu’à ce que l’un de nous 2 rentre du travail (en général vers 19h) et cela 5 jours sur 7.

C’est vrai que ça fait des longues journées pour mes 2 loulous mais ils semblent bien le vivre quand même.

Il faut quand même tenir le rythme : lever 6h30, en général les enfants dorment encore et on en profite pour déjeuner tranquille, ensuite tétée pour Cariboutchou pendant que Cadeaute boit son biberon et mange sa tartine, puis habillage des enfants : chacun le sien, puis habillage des parents tout en discutant et jouant à cache cache avec la grande. Puis tout le monde en voiture avec maman pour aller à la crèche.

Le soir, à peine arrivés, ma gourmande morfale réclame Miam Miam : apparemment, le retour des parents équivaut à la clochette de Pavlov pour elle, quelque soit l’heure. Avec un peu de chance, Cariboutchou réclame aussi à manger. Donc heureusement que la grande est relativement autonome pour manger, ce qui me laisse du temps pour une tétée… Puis bain un jour sur deux puis lecture ou jeu puis pyjama : chacun son enfant… Ensuite on couche la grande vers 20h30, dernière tétée pour le petit vers 21h puis on le couche. Enfin on peut se poser pour manger et ensuite regarder la télé.

Bref c’est un sacré emploi du temps et c’est un peu épuisant le soir quand après le stress de la journée de travail il faut gérer les chouinages, pleurs. Et beaucoup plus agréable mais tout aussi épuisant , ses bavardages de pipelette associés à des sauts partout et des courses cache-cache.

http3d3dy5zawxrc3ryzwftlm5ldc9ibg9nl3dwlwnvbnrlbnqvdxbsb2fkcy8ymde2lzazl3doaxrllxjhymjpdc5nawylog

Je sais que beaucoup trouveront ce mode de fonctionnement inenvisageable voir irresponsable avec des enfants aussi petits. D’autres diront que si c’est pour ne pas en profiter autant ne pas faire d’enfant…

D’ailleurs, quand on a annoncé l’arrivée du deuxième, beaucoup m’ont demandé si j’allais m’arrêter de travailler ou me mettre à mi-temps ou 80%.

M’arrêter c’est hors de question : j’ai besoin de faire autre chose, c’est indispensable pour mon équilibre personnel. Je ne pourrais jamais être mère au foyer… j’admire celles qui le font car rester H24 avec ses enfants c’est vraiment dur je trouve.

Diminuer mon temps de travail… c’est actuellement difficile en étant en libéral depuis peu, ayant des malades qu’il faut surveiller tous les jours (pas seulement des consultations) et avec une collègue en congé maternité dans 15j mais j’essaie de travailler un peu moins tard. On en a reparlé avec ma collègue et je pense qu’à son retour, on se laissera chacune 1/2 journée de repos par semaine pour privilégier un peu de temps en famille.

 

Dans l’état actuel des choses, il faut juste réussir à gérer les sentiments contradictoires :

aimer son travail et aimer ses enfants…

être heureuse d’avoir du temps pour soi , pour son épanouissement personnel et professionnel et culpabiliser d’avoir moins de temps pour ses enfants…

trouver fatigants ses enfants le soir et regretter d’avoir passé une soirée difficile quand ils sont couchés tout en appréciant d’avoir enfin la paix sur son canapé (pour twitter son désespoir et les progrès de ses génies à ses copines)…

apprécier les moments de câlins et de jeux, vouloir en avoir plus et devoir y mettre fin pour faire des taches ménagères ou s’occuper de numéro 2…

attendre le week-end pour avoir plus de temps et n’avoir rien le temps de faire…

adorer ma nounou mais l’envier un peu quand elle raconte les bons moments qu’elle vient de partager avec mes enfants…

se dire qu’on ne tiendra jamais le rythme puis finalement se convaincre qu’on y arrivera, que les enfants vont grandir et que ce sera plus simple …

pleurer de fatigue parce que c’est dur et pleurer de joie parce que c’est beau la vie à 4…

tumblr_njalwk7kat1troxm4o1_500

 

 

 

2 mois, 6 mois, 22 mois

2 MOIS

Le Cariboutchou est parmi nous depuis deux mois. Je parlais dans cet article de ma peur de l’aimer moins que sa soeur… et bien je peux vous assurer qu’il n’en est rien, je suis totalement accroc à ce petit bonhomme.

Il est souriant, très éveillé, pas compliqué et il fait ses nuits depuis environ une semaine. Il grandit et grossit bien car il commence à porter du 6 mois.

Comme pour Cadeaute, j’avoue que maintenant que les interactions commencent, je m’éclate plus qu’au tout début et j’adore le voir grandir et évoluer sans aucune nostalgie du petit nouveau né.

Je reprends le travail dans 2 semaines. Je suis contente car ça va m’aider à m’aérer et moins cogiter (cf point numero 2 ci dessous). Je suis assez tranquille car Cariboutchou sera gardé par son papa pendant 3 semaines avant de commencer la crèche et du coup restera dans son cocon. J’espère juste que Puminou ne me fera pas un burn out car il manque un peu de patience avec les pleurs de tout petit bébé… Ceci dit, cela permettra aux deux de créer un peu plus de lien. Je compte tirer mon lait pour pouvoir continuer l’allaitement aussi longtemps que possible comme pour Cadeaute.

IMG_3110 (1)

6 MOIS

Depuis le décès de ma maman…

Bien sûr ça a été dur au début avec l’enterrement, les nombreux témoignages d’amitié qui font émerger les émotions. Puis je suis retournée au travail rapidement, et avec la routine, la grossesse qui avançait et son lot d’hormones, ma fille qui demandait beaucoup d’attentions, les pleurs et la grande tristesse sont passés au second plan.

Mes émotions étaient comme anesthésiées et j’avançais tranquillement. J’ai craint le déferlement à la naissance mais ça n’a pas été le cas…  Puis lors de notre voyage chez mon papa pour présenter le Cariboutchou à la famille mais finalement ça a été.Il y a bien eu quelques difficultés à la fête des mères mais c’est passé rapidement.

Non, le contre coup arrive maintenant… je ne sais pas pourquoi, il n’y a rien de particulier pour déclencher ça. Mais je me sens beaucoup plus vulnérable. Ça me tombe dessus d’un coup, une grande tristesse suivie de larmes surtout quand j’ai envie de partager les petits bonheurs quotidiens avec mes enfants et que je me rends compte que je ne peux plus le faire avec elle.

FullSizeRender

 

22 MOIS

Cadeaute, ma grande fille adorée. Si vive, elle évolue à toute vitesse et c’est un régal de la voir grandir, courir, nager, dessiner… Elle maîtrise bien le langage et nous raconte des histoires. Elle est toujours très attentive à son frère mais commence tout de même à montrer un peu de jalousie réclamant systematiquement le parent qui a le bébé dans les bras.

Elle est assez autonome et indépendante et veut toujours tout faire toute seule… s’habiller avec plus ou moins de succès , manger en en mettant partout, ranger le lave vaisselle et les habits ( oui je l’exploite…), nourrir le chat et les poissons en les gavant. J’aime cette facette de sa personnalité meme si parfois j’aimerais qu’elle vienne plus se lover contre moi pour boire son biberon.

Elle est aussi en pleine crise de deuzans : opposition, quelques grosses colères, tête de mule et tutti quanti. En vrai ça me fait bien marrer sauf quand je suis fatiguée après une longue journée seule avec les 2 petits et que Cariboutchou réclame à manger pendant que la grande se roule par terre dans la cuisine parce que le verre donné n’est pas celui qu’elle veut (genre rouge et pas bleu)….

C’est une bonne vivante qui adore manger: elle pourrait manger toute la journée si on ne la limitait pas mais aussi bien des brocolis que du coyat (chocolat).

C’est aussi une vraie petite maman avec ses poupées et ça c’est vraiment attendrissant.

FullSizeRender (2)

 

J’aimerais te souhaiter encore ta fête, maman…

Cette année, la fête des mères entraîne en moi des sentiments ambivalents. Je suis doublement maman et si fière et heureuse de l’être. J’aime mon rôle de maman meme si j’estime que je ne suis pas  » une maman avant tout », j’adore mes deux enfants!

D’un autre côté, c’est ma première fête des mères sans ma maman. Avec la chute des hormones et le matraquage publicitaire, c’est un peu dur pour moi.

Il y a quelques jours, Cadeaute jouait avec son faux téléphone et disait Ayo Papa, Ayo Maman, Ayo Mamie, Ayo Papy et Ayo Papé. Elle ne disait pas Ayo Mamé et là j’ai pris conscience que ma maman ne faisait plus partie de son petit monde bien qu’on lui parle d’elle et qu’on lui montre les photos. C’est ce qui est le plus difficile… se dire qu’aucun de mes enfants n’aura de souvenir d’elle alors qu’elle etait et aurait été une grand-mère tellement super.

Je rêve énormément d’elle en ce moment et de manière très réaliste… l’allaitement y est pour quelque chose je pense car je me souviens avoir eu beaucoup de rêves lors de mon premier allaitement. Mais ça me perturbe pas mal au réveil.

En ce jour de fête des mères, j’ai donc une pensée toute particulière à celles qui tentent de devenir mère et à ceux et celles qui n’ont plus leur mère.

Vacances

Nous rentrons tout juste d’une semaine au Portugal. nous sommes revenus enchantés de notre séjour. Les portugais sont très accueillants, on mange très bien et nous avons vu plein de belles choses… Le seul bémol ce sont les villes et leurs importants dénivelés. J’avançais à la vitesse d’une limace et Puminou rongeait son frein en haut des côtes. Nous nous sommes beaucoup reposé aussi. N’ayant pas eu de vacances depuis Noël, il était temps de faire une pause. Je me suis rendue compte que j’étais effectivement crevée même si je me trouvais plutôt en forme.

Quelques photos de Porto et Lisbonne :

IMG_4380 IMG_4159 IMG_4435 IMG_4068

Côté grossesse, je prends du ventre mais pas trop de poids, ce qui n’est pas pour me déplaire mais ça inquiète Puminou qui a peur que la Petite Cadeaute soit mal nourrie. Pourtant je ne me prive de rien et je grignote dès que j’ai faim, mais je mange des plus petites quantités (l’estomac est un peu compressé) et l’arrêt de l’alcool, du fromage et charcuterie doit limiter ma prise de poids.

Je commence à bénéficier de conseils qui me cassent les pieds : ne force pas trop!, est ce bien raisonnable de prendre l’avion?,tu devrais t’arreter plus tôt!, mange plus !… surtout de la part de ma belle famille. Ça me saoule car cela rajoute à la culpabilité déjà présente quand on se demande si on fait bien les choses.

J’ai une petite inquiétude, car j’ai été en contact avec un patient pour qui j’ai diagnostiqué un CMV (virus pas bien méchant mais possiblement responsable chez le foetus de sequelles neurologique en cas de contamination pendant la grossesse). J’ai donc fait ma sérologie et bien entendu je ne suis pas immunisée (ce serait trop simple). Du coup je dois refaire une sérologie la semaine prochaine et encore 3 semaines après pour vérifier que je ne l’ai pas attrapé.

Ça me fait pas mal flipper mais objectivement il y a peu de risque pour que je l’attrape : c’est surtout contagieux en contact avec les petits enfants et si contact prolongé avec la salive (et je n’ai pas roulé une pelle à mon patient…) C’est loin d’être mon premier patient avec cette pathologie et pourtant je suis négative… Mais bon on n’est pas à l’abri d’un sale coup de DNLP alors je croise les doigts pour que les sérologies soient négatives.

Côté préparation : demain, un peintre vient pour la chambre de petite cadeaute qui sera grise et blanche avec des stickers de couleur… Nous avons fait quelques achats d’occasions et commandé la chambre qui sera livrée dans 4 semaines. Le prénom est trouvé mais gardé secret jusqu’à la naissance malgré les nombreuses tentatives de l’entourage pour nous faire cracher le morceau.

Je continue de vous lire et de commenter (j’ai pas mal d’articles en retard du fait de notre voyage) et je croise pour toutes celles encore en chemin vers le train. Gros bisous aux ICSI pour qui le sort s’acharne.

Ce qui a changé… ou pas { Grossesse }

Je ne peux pas le nier, cette grossesse me change sur le plan physique mais aussi psychique. Certains changements dus à l’infertilité s’effacent, d’autres restent, et il y en a de nouveaux.

Physiquement, j’avais pris du poids pendant les 3 ans d’essais, et pas uniquement à cause des traitements hormonaux. Je baladais un ventre avec bourrelet que je tentais vainement de rentrer. Au début de la grossesse j’ai perdu 2 kg que j’ai repris depuis 2 mois. Sauf que maintenant je l’aime ce ventre rond !!!! Niveau seins et reste du corps, je n’ai pas trop changé.

Moins sympathique…mais pas bien grave. Je n’aime plus le chocolat, j’ai des reflux acides très désagréables, je fais de la rétention d’eau et je porte des bas de contention même s’il fait 35°C dans le bureau.

Superstitions… Je n’étais pas superstitieuse pour un sou auparavant. Même pendant l’infertilité, si j’appréciais qu’on me donne un porte bonheur, c’était plus pour la marque d’amitié que le possible effet bénéfique. Lors de l’IAC de la gagne, je portais une parure collier et boucles d’oreilles en améthyste que Puminou m’avait offerte il y a quelques années. Je m’en souviens bien car j’avais fait exprès de porter cet ensemble pour qu’il soit avec moi même s’il n’était pas là physiquement. Depuis je porte cet ensemble à chaque RDV de consultation et d’échographie…

Confiance enfin presque… J’ai moins peur d’un sale coup de DNLP. L’écho des 22 SA hier a montré que tout allait bien pour notre Petite Cadeaute. Je crois vraiment que notre fille sera avec nous en septembre et que tout ira bien. Bon ça ne m’a pas empêché de  cauchemarder la veiller de l’écho où je découvrais qu’elle avait 6 bras !  Au fait, j’ai acheté du papier toilette violet…

Je reste une PMette dans le fond. La semaine passée je revoyais en consultation une patiente que je suis pour une pathologie auto immune et qui m’avait fait part de son désir de grossesse il y a environ 1 an. Elle a aussi de l’endométriose sévère. Je savais qu’elle devait se faire opérer de l’endométriose en mars et qu’il est prévu de passer en FIV dans 6 mois car son gyneco m’avait contactée pour qu’ on coordonne nos prises en charge.  Alors, pour la consultation, j’ai pris une blouse plus grande, bien fermée pour cacher mon ventre. J’ai beaucoup parlé avec elle de ces prochaines étapes et de comment elle le vivait. J’avais envie de lui crier : moi aussi j’ai connu ça (avec une endometriose moins sévère néanmoins), tu n’es pas seule !!!

Je deviens une PB ! Je parle bébé avec mes infirmières, je caresse mon ventre et je lui parle (toujours en privé). Je rêve devant les catalogues de puériculture. Je souris à nouveau bêtement devant les bébés et je n’évite plus les gros ventres.Bref, je profite…

Je me sens virer mère poule : j’engueule Puminou quand il met de l’engrais sur le gazon et du pesticide (pourtant certifié bio) sur les plantes. Je crée un espace de sécurité entre mon ventre et le reste du monde.

Le grand changement sera dans 4 mois quand nous accueillerons la Petite Cadeaute …

Si vous saviez combien je vous souhaite ces changements…

La dame des macarons {grossesse}

Le début de l’histoire commence en janvier, non à Noël..

A Noël, j’ai reçu comme cadeau par Puminou, un cours particulier à domicile pour apprendre à faire des macarons. c’est vrai que j’avais envie d’apprendre depuis longtemps et que Puminou adore les macarons.

J’ai donc programmé le cours en janvier un samedi après midi et c’est une femme d’une trentaine d’année très enceinte qui débarque chez moi à 14h. Le contact est très bien passé entre nous, elle est très pédagogue, très agréable, a beaucoup de conversation sur plein de sujet. C’est important car le cours dure 3h, quand même, avec des temps morts pendant les cuissons.

A ce moment là j’étais donc enceinte de 7SA et je n’avais pas encore eu ma première échographie de datation. Autant vous dire que je marchais encore sur des œufs quant à cette grossesse. Et pourtant, c’est avec cette personne que je n’avais jamais vu que j’ai eu ma première conversation de PB. En même temps j’avais quelques nausées et je ne voulais pas qu’elle se vexe si j’allais vomir en plein milieu du cours.

Je lui ai donc tout balancé : ma grossesse débutante, mes angoisses de nouvelles fausse couches. Là elle m’a dit qu’elle aussi avait vécu une FC avant cette grossesse et qu’elle s’était pris une grosse baffe à l’écho des 12SA car elle n’avait jamais envisagé cette possibilité. Cette grossesse n’était donc pas aussi rose que mes macarons. J’ai donc pu parler beaucoup avec elle qui n’était pas une PB (jamais elle n’a touché son ventre, elle n’a parlé de sa grossesse que quand j’ai lancé le sujet et a ensuite parlé d’autre chose).

Quand elle est partie, elle m’a dit qu’elle avait passé une bonne après midi et qu’elle croisait les doigts pour que ma grossesse se passe bien. J’ai beaucoup apprécié.

Ce weekend de 3 jours, je me suis dit qu’il fallait que je retente des macarons avant d’avoir oublié tous les conseils et la technique. J’ai donc fait une très belle fournée bien réussie et j’ai envoyé un mail à ma prof de macaron pour lui montrer que j’étais une bonne élève. Je savais que son accouchement était pour le printemps et j’ai donc profité de ce mail pour lui demander des nouvelles de son bébé et lui dire que tout va bien pour moi. Elle m’a répondu par un très joli mail.

Cette personne que je ne connaissais pas m’a fait beaucoup de bien au début de ma grossesse. C’est elle qui m’a réconcilié avec les ventres ronds. Elle m’a fait comprendre que je pouvais vivre une grossesse épanouie même si rien n’était encore gagné. Que je pouvais parler de mon parcours sans tabou et que toutes les C1 ne sont pas des PB.

IMG_4011Macarons café et fraise de ce weekend.

Blog’anniversaire !

WordPress vient de me souhaiter un Joyeux Blog’anniversaire !

lezard_de_reptile_de_gecko_de_vert_de_joyeux_anniv_assiette-r62f84787beec4b5ab6f88fc457d8e0a7_ambb0_8byvr_512

Que de chemin parcouru en 1 an !

J’ai créé ce blog, alors que je pensais être à un nouveau et désespérant J1. En fait, j’apprendrai quelques jours après qu’il s’agissait d’une nouvelle FC, la troisième (et dernière !). S’en sont suivies des explorations angoissantes mais rassurantes au final, une longue attente avant d’obtenir le feu vert pour la PMA, 1 IAC négative et enfin l’IAC du succès avec une entrée officielle dans le 2ème trimestre dans 2 jours.

En ouvrant ce blog, j’avais l’espoir de pouvoir rejoindre cette communauté soudée que j’avais découverte grâce à Biquette que je lisais en secret depuis quelques mois. Je n’ai pas été déçue. L’accueil a été formidable et cela, malgré nos parcours de vie et d’attente d’enfant différents, nos sensibilités et personnalités singulières. La blogosphère a été là pour me faire sourire et rire, parfois me faire pleurer. Me soutenir dans les moments de déprime et se réjouir avec moi des moments de bonheur.

J’espère avoir été à la hauteur pour vous aussi, avoir su trouver les mots dont vous aviez besoin. En tout cas les mots d’encouragement ou les croisages que je vous ai écrit ont toujours été sincères. Avant d’écrire mon blog je trainais sur quelques forums et j’avoue que mes messages de félicitations pour les filles qui annonçaient leur grossesse étaient souvent de la pure politesse. Avec vous, j’ai sincèrement été heureuse à chaque bonne nouvelle et jamais un post sur la grossesse ou la naissance ne m’a gêné. Est ce parce qu’on connait la souffrance qu’il y a eu derrière? En tout cas je me suis redécouvert des sentiments d’empathie et de sympathie que j’avais un peu perdu lors de ces années d’attente et de manque d’enfant. Vous m’avez redonné la force de me tourner à nouveau vers les autres.

Pour tout cela je vous remercie du fond du cœur ! Merci d’être là, merci pour cette année!

Bon qu’est ce qu’on fait maintenant ?

Tout d’abord je vous souhaite à tous et à toutes la plus belle des années en 2015 !

Ici l’année a commencé tout en ambiguïté.

D’une part évidemment la grande joie de ce petit cadeau qui je l’espère poursuit sa croissance normalement et dont le cœur est censé déjà battre selon mon appli.

D’un côté j’y crois à fond, surtout quand j’ai des ecoeurements pas franchement des nausées, quand je touche mes seins oui j’ai été contaminée par cette mauvaise habitude qui semble être le lot de beaucoup de PMettes enceintes, quand je suis crevée et que je me couche à 21h30 en même temps la rhinopharyngite carabinée sur astreinte de 31/12 et de week end, a peut être une part de responsabilité.

De temps en temps, je me dis que j’aurais dû refaire un HCG de contrôle, que cette rhino et cette astreinte de m@rde a peut être retenti sur Petit Cadeau. C’est difficile de ne pas savoir ce qui se passe réellement. Mais je lutte, je n’irai pas contrôler mes HCG, j’attendrai patiemment mon écho.

Patiemment c’est le terme.

Ce matin  la première heure je rappelais la sage femme de PMA qui rentre de 14 jours de vacances et qui a bien entendu plein de choses à faire et me rappellera quand elle aura vu mes résultats.

Elle finit par me rappeler et me dit, c’est bien, vous êtes enceinte : vous pouvez arrêter la Progesterone maintenant et vous rappelez votre gyneco pour la suite. Au revoir ….

WTF !

Je l’empêche de raccrocher et je lui dis : Et l’aspirine je fais quoi et la progesterone faut vraiment que je l’arrête parce que j’ai fait 3 FC quand même ?. En plus j’ai plus de gyneco de ville moi depuis que Dr Bienveillante s’occupe de moi donc depuis 2 ans. Et l’écho je la fais quand, non mais faut pas me lâcher dans la nature comme ça !

Là j’ai senti comme un parfum de « vous me faites chier avec vos questions, je n’ai pas regardé votre dossier » . Elle me dit  : »L’aspirine c’est pour les FC c’est mieux de continuer je m’en doutais un peu, la progesterone si vous voulez vous pouvez diminuer progressivement heu ça veut dire quoi ?, l’écho faites-la , attendez ça date de quand votre grossesse ? ah oui alors après le 19/01, vous avez qu’à appeler le service d’écho pour qu’ils vous la programment.

Bref une conversation qui ne m’a pas du tout rassurée et oùj’ai l’impression que c’est à moi de me démerder. C’est franchement limite, moi je suis médecin je connais un minimum de choses et je peux me faire mes propres ordonnances mais je pense aux autres. Elle ne m’a même pas parlé de refaire mes sérologies, elle ne m’envoie aucune ordonnance.

Du coup j’ai dégainé le mail à Dr Bienveillante avec toutes mes questions en lui demandant si elle pouvait me faire l’écho.

2 minutes après l’envoi du mail, elle m’appelle sur mon portable, me félicite (ça fait du bien, quand même parce que la SF, elle en avait vraiment rien foutre je pense).

Dr Bienveillante a été super comme d’habitude, elle m’a dit de passer à 2 Progesterone par jour, jusqu’à l’écho, de poursuivre l’Aspirine et me voit pour ma première écho le 22/01.

Ça me parait si loin (dans 17 jours …), tout ce temps là sans savoir !

En même temps je suis contente que ce soit elle qui me fasse cette première écho.

En résumé, des angoisses et du bonheur… Des symptômes sympathiques de grossesse (c’est comme ça qu’on dit en médecine, ça m’a toujours fait marrer), un rhume à gérer avec doliprane et citronnade au miel, du boulot et beaucoup de patience, voilà mon programme pour les 17 prochains jours.

images